En détail

Syndrome de Diogène, étiologie, symptômes et traitement

Syndrome de Diogène, étiologie, symptômes et traitement

Découvrez comment l'accumulation de choses affecte votre qualité de vie. Persuasum

Le contenu

  • 1 Qu'est-ce que le syndrome de Diogène?
  • 2 Étiologie
  • 3 Le rôle des relations d'attachement avec les objets, les personnes, les lieux et les idées
  • 4 L'impact des événements de la vie quotidienne
  • 5 Le point de vue de la génétique
  • 6 Le chaos dans lequel le logement devient
  • 7 Principaux signes et symptômes
  • 8 Traitement

Qu'est-ce que le syndrome de Diogène?

Le syndrome de Diogène est un trouble du comportement dans lequel la personne affectée montre un abandon total de ses soins personnels et de son hygiène et de son environnement immédiat, accumulant de grandes quantités de déchets et d'ordures, en plus de s'isoler volontairement dans sa maison. Il est également connu sous le nom de trouble émotionnel ambivalent ou maladie qui se traduit par une relation d'attachement dysfonctionnelle avec les objets, les animaux, les lieux et les souvenirs.

Le nom a été initialement associé au philosophe grec de l'époque d'Aristote, Diogène de Sinope (412 av.J.-C. - 323 av.J.-C.), qui vivrait comme un vagabond à Athènes, avec austérité, dans un tonneau comme une maison et entouré d'animaux.

Depuis la proposition originale du syndrome en 1975, il est également connu sous le nom de "syndrome d'accumulation compulsive".

  • Accumulation: Compulsion caractéristique du trouble obsessionnel-compulsif qui implique la collecte persistante d'objets inutiles ou triviaux (par exemple, vieux journaux, ordures, magazines) et l'incapacité de les organiser et de les éliminer. L'accumulation d'objets (généralement dans les batteries) entraîne l'obstruction de l'espace activé, provoquant une gêne ou une détérioration de la fonction. Toute tentative des autres de les encourager à rejeter leurs réserves leur cause une anxiété extrême (APA, 2010, p.7).

Cependant, plus précisément ce syndrome en raison de son; l'étiologie, les signes et les symptômes, a été plus adéquatement appelé «trouble de déficit organisationnel». Il convient de rappeler qu'un trouble regroupe un ensemble de symptômes qui impliquent des comportements physiologiques "anormaux", des comportements ou des conditions qui provoquent une gêne; légère, persistante ou très intense et qui altère le fonctionnement biopsychosocial de la victime.

Étiologie

Accumuler est un comportement des animaux et des humains

C'est un syndrome d'étiologie multiple comme on peut l'observer.

Dans le règne animal, certaines espèces accumulent des choses. Les curieux écureuils, par exemple, font preuve de prévoyance et se cachent dans diverses parties de leur environnement: noix, noisettes ou graines. Comme oubliez plus tard et au profit de la nature, des arbres et des fruits poussent plus tard.

Sous cette première dénomination du syndrome de Diogène, chacun de nous porte un accumulateur de potentiel interne: dans la cuisine que nous stockons; Différents types d'aliments, plats, appareils électroménagers et plus encore. Nous le faisons aussi avec de l'argent, des pensées saines et toxiques, et même aujourd'hui avec les réseaux sociaux, nous aimons accumuler des amis. ou des connaissances virtuelles et en face à face. Cependant, cela nous rend difficilement incapables de profiter de notre vie.

La prédisposition à monopoliser est non seulement profondément enracinée dans l'histoire de l'évolution humaine, mais aussi dans la structure de notre cerveau. Déjà en 1973, les neurologues John Blundell et Jac Herberg, du London Institute of Neurology, ont démontré que chez les animaux, l'instinct d'accumulation provenait apparemment de la zones cérébrales sous-corticales, c'est-à-dire dans les zones situées sous le cortex cérébral et qui sont phylogénétiquement anciennes. Par la suite, les neuroscientifiques Hanna et Antonio Damasio, de l'Université de Californie du Sud à Los Angeles, croient que l'impulsion des personnes affectées par le syndrome de Diogène à accumuler des choses potentiellement utiles se produit dans les mêmes régions cérébrales que celles dirigées vers la collection de aliments pour les animaux de laboratoire. Normalement, cette impulsion est inhibée par le cortex préfrontal, une partie du cerveau frontal, ou du moins ajustée à ce qui est considéré comme socialement acceptable. Le trouble pourrait donc être dû à des dommages dans cette région du cerveau (Marschall, 2010, p. 59).

Un autre angle, est lié à la formation cognitive des catégories

L'élaboration complexe de la formation de catégories dans notre vie quotidienne, fait partie d'entités appelées concepts et s'élève cognitivement au niveau de catégories connues ou inconnues. Un concept est quelque chose de bien défini et avec des propriétés bien définies qu'ils partagent dans l'ensemble auquel ils appartiennent. Par conséquent, un chien est différent d'une chaise, et dans le concept de documents, nous pouvons distinguer dans un ordre hiérarchique l'importance d'un titre d'école ou d'une feuille volante lorsque nous pointons d'urgence un téléphone.

De la même manière, sous une orientation cognitive, nous pouvons identifier les concepts les plus représentatifs d'une catégorie, selon le contexte. La principale hypothèse théorique de cette orientation psychologique est que: nous agissons selon ce que nous pensons. Ainsi, dans le concept de la nourriture de Noël, beaucoup d'entre nous peuvent penser à la délicieuse "dinde cuite". Nous formons également des catégories avec les concepts et les variations qu'elles présentent en fonction de leurs caractéristiques.

Dans la catégorie des chaises ou des chiens, nous pouvons clairement les différencier et nous pouvons identifier une énorme quantité de chaises et nos amis à fourrure, juste par les caractéristiques de chacun dans leur catégorie.

Les catégories ont différents degrés d'abstraction et d'inclusivité et sont liées les unes aux autres, constituant des systèmes hiérarchiques appelés taxonomies. Outre les classifications scientifiques, qui sont très articulées, les taxonomies populaires ont généralement trois niveaux d'abstraction:

  • Les catégories de base: correspondent aux objets de notre monde perceptuel. Par exemple; Table, chien et crayon.
  • Les supérieurs: à ce niveau qui comprend les catégories précédentes que nous avons; meubles (table), mammifères (chien) ou ustensiles (crayon).
  • Subordonnés: Ce niveau descriptif considère des éléments d'inclusivité et d'abstraction: table de cuisine, chien danois et crayon numéro un (De Vega, 1992, p. 327).

Dans la précision de ce que l'on appelle le «Trouble déficitaire organisationnel», on retrouve une série de caractéristiques qui rendent impossible cette identification des concepts et donc des catégories dont il souffre. De toute évidence, un sérieuse difficulté à les stocker de manière pratique tous les objets accumulés.

Le rôle des relations d'attachement avec les objets, les personnes, les lieux et les idées

Marschall (2013) souligne que les patients souffrent d'un trouble grave, un chaos de stockage dans la maison, avec une dépendance hypersentimentaire aux biens qui sont là, il y a l'isolement social. Avec des altérations au niveau du cortex préfrontal cérébral, qui est celui en charge; de planification, de stockage et de prise de décisions, entre autres. Il produit des comportements d'accumulation mais cela ne permet pas aux sujets de se séparer des objets utiles ou inutiles (Marschall, 2010, p. 56).

L'impact des événements de la vie quotidienne

Dans les psychotraumatismes résultant de l'interaction sociale, ce sont des personnes qui ont subi des pertes importantes dans leur vie (couple, travail, amis ou relations importantes liées à des personnes, des lieux, des idées ou des objets) et une façon de vous protéger de l'environnement est d'accumuler. Si les parents ont cette condition, il est très probable que les enfants finiront par l'avoir, en raison d'un apprentissage par procuration ou imitation.

Traits de personnalité

Concernant les traits de personnalité ce sont généralement des gens paradoxalement perfectionnistes (qui essaient de trier le chaos dans la maison et ne finissent jamais de commander) et obsédant (s'accumulant de plus en plus). Et avec attachements dysfonctionnels ce qui ne leur permet pas de se séparer des objets inutiles accumulés.

La présence d'autres conditions mentales du patient

La comorbidité ou la présence d'autres problèmes de santé mentale facilite également sa présence comme dans le cas d'une histoire de: dépression, schizophrénie, démence sénile, anxiété, trouble anxieux, trouble obsessionnel compulsif et déficit d'attention entre autres.

Le point de vue de la génétique

Il y a la présence d'un gène accumulateur, certains psychiatres de l'Université John Hopkins ont analysé en 2007 le génome des accumulateurs compulsifs et leurs familles. Dans les deux groupes, les chercheurs ont découvert une anomalie du chromosome 14 qui est peut-être un facteur de risque pour son apparition (Marschall, 2010, p. 61).

Le chaos dans lequel le logement devient

Ils transforment la maison en un lieu inhabitable, plein d'objets et à la fois dangereux et malsain en raison du degré excessif d'accumulation. Nous pouvons identifier deux grands types d'objets empilés:

  • BIO: animaux vivants et morts (chiens, chats, canaris, serpents, rongeurs, cafards et plus), aliments (stockés, préparés, gâtés, aliments pour animaux),
  • Inorganique: ordure, sacs de toutes sortes, ordures, journaux, livres, magazines, emballages, bouteilles (verre, plastique), stylos, photos, fournitures pour enfants, appareils utiles et inutiles (réfrigérateurs, grille-pain, voitures, téléviseurs, téléphones, aspirateurs ), des jouets et plus encore, le tout avec la possibilité de leur donner une utilisation future et sans possibilité de s'en débarrasser, même lorsqu'ils représentent un foyer d'infection ou de risque sanitaire pour eux-mêmes et les voisins.

Signes et symptômes principaux

Voici quelques-uns des principaux symptômes et signes:

Symptômes

  • Incapacité à planifier, organiser (classer et archiver) et, le cas échéant, éliminer les objets accumulés.
  • Incapacité à établir des limites catégoriques pour identifier les éléments utiles ou inutilisables ou ne pas distinguer les documents vraiment importants ou les anciens annuaires téléphoniques.
  • Investissement exagéré de temps pour classer les objets de la maison sans aucune avance.
  • Vivent dans des conditions à risque pour la santé.
  • Perte de contrôle dans l'accumulation.
  • S'ils ont des animaux, ils présentent une distorsion cognitive pensant qu'ils peuvent s'en occuper en leur donnant de l'amour, mais dont le résultat est de les avoir dans des conditions de surpopulation.
  • Hygiène et habitudes alimentaires inadéquates.
  • En raison de l'accumulation de déchets et d'articles qui peuvent prendre feu, être un risque élevé pour eux-mêmes et pour les autres.
  • Faites l'expérience du rejet social par des amis, des voisins ou de la famille. Ils vivent leur vie, dans des circonstances pires que les patients atteints d'autres maladies mentales (schizophrénie ou démence sénile, par exemple) du fait de transformer la maison et toutes ses pièces en un site nauséabond et inhabitable.

Signes

Sentez-vous honteux que des personnes à proximité découvrent l'état dans lequel elles vivent. Et, ne pas être conscient de leur comportement d'accumulation (Marschall, 2010; Take care, 2016; De la Serna, 2017).

Bien que les symptômes puissent être observés de l'extérieur par des membres de la famille ou des voisins de la communauté. À mon avis, le signe le plus important vient de la honte ressentie par le patient si ceux qui le connaissent découvrent les conditions dans lesquelles il vit. Cependant, cela correspond à prendre conscience qu'il a un problème et ils n'en sont guère conscients.

Le traitement

Selon la gravité du patient, il est nécessaire:

  • Thérapie cognitivo-comportementale
  • Intervention interdisciplinaire: travail médical, neurologique, psychiatrique et social.
  • Ainsi que le soutien social de la famille et / ou des amis.
  • Dans les cas les plus graves, l'hospitalisation d'une clinique spécialisée dans le traitement des maladies mentales est nécessaire.

Bibliographie

APA (2010) APA Concise Dictionary of Psychology, Mexico, Editorial el Manual Moderno.

Take care (2016) Diogenes Syndrome, consulté le 20 septembre 2019, en ligne: //cuidateplus.marca.com/enfermedades/psiquiatricos/sindrome-diogenes.html

De vega M. (1992) Introduction to Cognitive Psychology, Mexico, Editorial Alianza.

Marschall J. (2010) Diogenes Syndrome, Mind and Brain Magazine (Recherche et Science), mai-juin n ° 42, Barcelone, Editorial Prensa Científica.

Wikipedia (2019) Diogenes Syndrome, consulté le 20 septembre 2019, en ligne: //en.wikipedia.org/wiki/Diogenes_Syndrome

Tests associés
  • Test de dépression
  • Test de dépression de Goldberg
  • Test de connaissance de soi
  • Comment les autres vous voient-ils?
  • Test de sensibilité (PAS)
  • Test de caractère